Association Terra Botanica à Thouars

JPEG - 7.9 ko


info….info….info….info….info….info….info….info….info….info….info


ASSEMBLEE GENERALE de TERRA BOTANICA

Vendredi 18 Janvier 2019 - 20h00 - Salle Jacques Prévert de THOUARS

Cliquer sur le document ci-dessous pour le lire et l’imprimer.

PDF - 52.1 ko

REPENSER LES QUALITES DE L’ESPACE PUBLIC ?

POUR QUI ? COMMENT ?

Jeudi 22 Novembre - 20h00 - Théâtre de THOUARS

Cette conférence très attendue, programmée l’année dernière, et n’ayant pas pu aboutir pour des problèmes de disponibilité de Pierre Donadieu, peut enfin avoir lieu. Une soixantaine de participants se sont pressés au théâtre pour écouter sa conférence illustrée d’une heure. Elle a été suivie d’une heure un quart de débat passionnant à faire regretter aux absents de ne pas être là….

Le paysage est notre affaire

La conférence pour l’association Terra Botanica était la suite de celle donnée le 14 novembre 2018 à la médiathèque de Thouars la semaine d’avant. Intitulée Entre Arts et sciences, le paysage est-il notre affaire ? elle peut se résumer ainsi :

- Le paysage désigne le milieu de la vie humaine et non humaine, il est à la fois en nous mentalement et de manière sensible, et en dehors de nous matériellement,
 
- Il suppose une méthode collective de création et de gestion (élus, experts, habitants) pour construire ce milieu,
 
- La qualité d’un paysage est définie par :

-  les aspirations communes des populations (Convention européenne du paysage de Florence (2000)

-  Les services écosystémiques du milieu, Millenium ecosystem assessment (ONU, 2005) : c’est-à-dire ceux d’approvisionnement, d’environnement, sociaux et culturels fournis par les écosystèmes (en bonne santé…)

L’espace public, pour qui ?

Nous avons en commun les usages de l’espace public que chacun perçoit, où chacun fabrique ses paysages (mentaux). En sciences sociales et philosophie, l’espace public est l’espace de l’expression publique (Fig. 1). En urbanisme, c’est l’espace support des usages publics, accessible à tous, avec des règles sociales (propreté, sécurité, embellissement…).

JPEG - 169.2 ko Fig. 1 Thouars, place Lavault, expression publique sur le marché.

L’espace public est une notion complexe. Le sol peut appartenir à la collectivité publique ou privé (un parking de supermarché par exemple). On parlera alors d’espace privé publicisé ou les utilisateurs sont des clients, des consommateurs. L’espace public peut s’adresser à des promeneurs, des touristes ou à des joggers (une rue, un musée, un chemin rural). Certains usagers peuvent être sensibles à ce qu’ils voient (les paysages). Enfin, l’espace public change comme le montre le désert commercial de la rue Saint-Médard. C’est aussi le lieu de la protestation sociale (les ronds-points des Gilets jaunes).

Qui fabrique l’espace public ?

Ce sont les pouvoirs publics (commune, intercommunalité, département, Région, État) en mobilisant souvent les entreprises privées, et parfois les associations. Qu’il s’agisse d’entretenir la voirie ou le monument aux morts des guerres, de concéder l’usage de la rue à des usages privés (restaurants) ou associatifs, d’embellir les lieux importants grâce à l’action des jardiniers et des paysagistes, d’organiser des animations festives ou non, de faciliter la mobilité cycliste et piétonne, d’accompagner la transition énergétique (éoliennes, capteurs solaires), et ainsi de créer de nouveaux paysages contemporains. Qu’il s’agisse d’anticiper la montée du niveau de la mer sur le littoral, de conserver les patrimoines naturels et culturels, et de définir les règles d’urbanisme. Dans tous les cas, l’espace public n’est plus limité à l’espace de la propriété publique, il s’étend à tout ce que nous pouvons percevoir avec tous nos sens : les paysages. L’usage de l’espace privé visible devient l’affaire de tous à la ville comme à la campagne.

Quelles qualités ordinaires de l’espace public ?

Les qualités classiques attendues ne se conçoivent pas en dehors des défauts qu’elles remplacent. La sécurité publique suppose de mettre fin à l’insécurité qui menace les usagers et les biens (vols, agressions, aléas climatiques, accidents. …) ; la propreté, des services de nettoyage efficaces et permanents ; l’embellissement, de créer et d’entretenir des lieux attractifs, là où ils sont attendues (les entrées de villes par exemple) ; l’échange marchand, d’élaborer des règles locales de concession, et de limiter la publicité ; l’animation festive, de rendre attractif les lieux publics, centraux ou périphériques. Enfin, faut-il ignorer la ségrégation sociale ou bien favoriser la mixité des quartiers urbains ou ruraux ?

De nouvelles qualités sont-elles attendues ?

Accessible à tous par définition, l’espace public suppose des compétences nouvelles, car la société évolue et ne désire pas les mêmes choses qu’il y a 50 ans. De nouvelles pratiques sont apparues. En mobilisant des artistes et des designers (créations contemporaines) ; en laissant place à la beauté, au rêve et à la poésie plutôt qu’au spectacle des équipements fonctionnels ; en trouvant de nouvelles utilisations des friches ferroviaires ou industriels dans la perspective des transitions climatiques et énergétiques, et des loisirs. En bref, en racontant dans l’espace public des histoires locales ou non, et en y associant les habitants de manière démocratique (démocratie participative et délibérative). Les habitants savent aussi bien sinon mieux que les experts ou les élus ce qui leur conviennent. Encore faut-il vouloir et savoir les associer !

JPEG - 160.5 ko

En résumé

Choisir les qualités de l’espace public est un enjeu de politique locale :

- Pour les habitants citoyens qui devraient partout être mis au centre des projets locaux
 
- Et avec les acteurs publics et privés des projets de territoire
 

En combinant localement de mille façons (démocratiques) la demande des habitants et l’offre des élus. Le paysage des espaces publics est notre affaire, pas seulement celle des experts.

Pierre Donadieu 19 décembre 2018


BOUTURES DE BOIS SEC

Samedi 17 Novembre - 9h30 - Jardin de La Magdeleine


Une vingtaine de courageux jardiniers, bien emmitouflés et imperméabilisés ont bravé les conditions météo du Samedi 17 Novembre au Jardin de La Magdeleine pour apprendre à bouturer les bois secs avec Paul et Gérard.

Vous voulez vous essayer au bouturage pour multiplier vos arbres et arbustes ? Alors tentez l’expérience de la bouture de bois dormant, ou bouture de bois sec. Pas besoin d’avoir la main verte pour réaliser ces boutures d’hiver ; ce sont les plus faciles à réussir et celles qui demandent le moins de travail !

Bouturer en hiver pendant la période de repos des plantes

On les appelle souvent boutures de bois sec, mais le terme le plus adéquat est "de bois dormant".

Avec l’arrivée de l’automne, les plantes vivaces se préparent à affronter les températures basses à venir. Les feuilles tombent (chez les végétaux à feuilles caduques), la sève circule plus lentement puis s’arrête : la plante entre en repos, un repos qui s’étend généralement de la mi-novembre à la fin du mois de février. Les rameaux sont lignifiés, bruns et cassants, certes d’aspect sec, mais en aucun cas morts… juste dormants !

Au cours de cette période, il est possible de bouturer un certain nombre de plantes rustiques car, comme dit le dicton : "à la sainte Catherine, tout bois prend racine !"

La méthode du bouturage de bois sec, pas à pas

Préparation de l’emplacement

Les boutures de bois dormant vont être mises en jauge durant tout l’hiver. Aussi, il faut préparer l’endroit qui va les recevoir. Un emplacement au pied d’un mur exposé au nord est idéal ; les boutures ne doivent pas avoir la tête au soleil et être protégées des vents ! Creusez une petite tranchée et mélangez la terre extraite avec du sable.

Astuce : il est également possible de placer les boutures dans un grand bac rempli d’un mélange de terre, de compost et de sable.

JPEG - 105.6 ko JPEG - 71.1 ko

Prélèvement des boutures

Choisissez des rameaux de l’année, sains, vigoureux et bon calibre. Supprimez la tête (partie la plus molle) en la coupant juste au dessus d’un nœud (œil) et raccourcissez le rameau à 20 cm environ, sous un nœud.

La coupe doit être nette et effectuée en biseau, à l’aide d’un greffoir (ou un couteau) affûté et désinfecté.

si vos rameaux sont suffisamment longs, vous pouvez prélever plusieurs boutures.

Conseil : n’utilisez pas la partie la plus basse du rameau, qui est aussi la plus dure ; elle a plus de difficultés à émettre des racines.

JPEG - 57.3 ko

La plantation des boutures

Pour gagner de la place, vous pouvez regrouper vos boutures en paquets de 5, mais elles peuvent être également plantées individuellement. Dans ce cas-là, on les plante en biais, tête vers le mur. Plantez-les directement dans le mélange terre/sable, en laissant dépasser au moins trois yeux.

JPEG - 73.2 ko

A quand la reprise ?

Le bouturage sur bois dormant donne de très bons résultats, mais il faut être patient : l’enracinement nécessite plusieurs mois. Vous observerez les premiers signes de reprise au printemps suivant (développement des bourgeons) : ce sera le moment de transplanter vos boutures, individuellement, en pépinière ou en pots. La mise en place se fera à l’automne suivant. En attendant, vous pouvez les oublier, elles n’ont pas besoin de vous durant tout l’hiver !

JPEG - 63 ko

JPEG - 66.3 ko

Quelles plantes se bouturent en bois dormant ?

Le bouturage sur bois dormant est un incontournable chez les rosiers anciens ou botaniques.

Sur beaucoup d’arbres et arbustes caducs et rustiques, ce type de bouturage donne également de bons résultats sur notamment le buddleïa, la clématite, le corète du Japon, le cornouiller, le cotoneaster, le deutzia, le forsythia, l’hortensias, la spirée, le seringat, le sureau,…

Les grimpantes comme le chèvrefeuille, la clématite, la bignone ou la vigne vierge pourront aussi s’accommoder de cette méthode.

Au verger, le figuier, la vigne, le framboisier, le groseillier ainsi que le cassissier seront faciles à multiplier ainsi.

Gros plan sur la vigne :

http://mapassionduverger.fr/?s=bout…

Calendrier de bouturage :

JPEG - 165.7 ko JPEG - 168.1 ko


JPEG - 22.9 ko JPEG - 63 ko JPEG - 113.9 ko


JPEG - 30.1 ko JPEG - 139.6 ko

Le dernier atelier proposé par Terra Botanica s’est déroulé au jardin de l’association, dans le bas de la Magdeleine. Il était animé par le président, Paul Moreau, et a connu le succès malgré des conditions météorologiques désagréables (humidité froide et pénétrante) et les manifestations des Gilets jaunes qui n’ont visiblement pas empêché les adhérents d’accéder au site. Paul Moreau a présenté avec moult détails les différentes possibilités de bouturage de bois dormant : quelle saison idéale selon les espèces (pour la plupart, c’est de maintenant et jusqu’à la fin du mois de février), comment choisir l’emplacement, comment préparer la terre, par exemple dans un grand bac rempli d’un mélange de terre, de compost et de sable, comment prélever les boutures, avec un outil bien affûté afin d’obtenir des coupes nettes en fuseau, comment les planter, etc. « Le bouturage sur bois dormant donne de très bons résultats mais il faut être patient : l’enracinement nécessite plusieurs mois, jusqu’au printemps suivant. D’ici là, la bouture ne nécessite aucun soin ».

Le prochain atelier de l’association concernera la confection d’une couronne de Noël. Il aura lieu à l’orangerie du château le samedi 8 décembre à 9 h 30 et sera animé par Catherine Olagnier.


LES ATELIERS 2018


COURONNE DE NOËL

Samedi 8 Décembre - 9h30 - Orangerie du Château



- par Catherine OLAGNIER - Décoratrice florale.

Samedi 8 Décembre à l’Orangerie, Catherine a animé le traditionnel Atelier de l’Avant sur le thème cette année "Couronne de Noël".

Ce sont 18 créations qui ont été réalisées et Gérard s’est fait le témoin de cette matinée joyeuse où les commentaires vont toujours bon train, en photographiant ces couronnes, toutes plus belles les unes que les autres.

JPEG - 223.2 ko

JPEG - 224 ko

JPEG - 222.1 ko

JPEG - 190.9 ko

JPEG - 189.7 ko

JPEG - 365.7 ko

JPEG - 306.1 ko

JPEG - 331.6 ko

JPEG - 138.7 ko

JPEG - 189.3 ko


info….info….info….info….info….info….info….info….info….info….info

JPEG - 7.9 ko

GIF - 23.7 ko

TERRA BOTANICA – Association Thouarsaise

Centre Socio-Culturel - Pôle Anne Desrays - 79100 Thouars

Tél : 05.49.66.76.40

e-mail : info@terrabotanica-thouars.fr

Site : www.terrabotanica-thouars.fr

Président : Paul MOREAU - info@terrabotanica-thouars.fr

Territoire : Pays Thouarsais

L’association a pour but l’échange de savoir sur le végétal et le jardinage au naturel. Les thèmes traités font suite à une demande des adhérents au nombre de 150 environ. Le conseil d’administration compte 12 bénévoles.

L’association met en place annuellement
- Dix ateliers thématiques. Un animateur professionnel est toujours invité
- Deux sorties avec visites d’entreprises horticoles, d’institutions et de jardins
- Deux à trois conférences avec comme invité un conférencier national
- L’animation du site internet : www.terrabotanica-thouars.fr
- Une exposition de photographies "Terre d’Images" dans la Chapelle Jeanne d’Arc à l’issue d’un concours de photographes amateurs.
- Des animations pour les écoles, l’hôpital, d’autres associations, des institutions
- Un marché aux plantes et décoration de jardin : "Artisan en herbe" a lieu au mois d’avril tous les 2 ans, les années paires, en plein centre de Thouars, place Jeanne d’Arc.


LES ATELIERS


Les ateliers en pratique : ils se déroulent le 2ème jeudi de chaque mois, le soir à 20h à l’Orangerie du Château de Thouars ou le 2ème samedi à 9h30 à la Maison des Jardiniers de la Magdeleine.

Gratuit pour les adhérents, 3 euros pour le public par atelier.

L’association se réserve le droit de modifier le contenu des ateliers et les jours indiqués en cas d’indisponibilité des animateurs prévus. Tout changement paraitra sur cette page et aussi dans la presse locale.

JPEG - 7.9 ko


Albums les plus récents

Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Annonces

RÉFÉRENCES


Des annonces pour mon jardin avec

labouture.fr

GIF - 6 ko


DERNIERS ARTICLES

  • 2018

- Conférence de Pierre Donadieu
- Atelier "Couronne de Noël"
- Atelier "Bouturage de bois dormant"
- Atelier "Bulbes"
- Fête des plantes de Bressuire
- Atelier "Fougères"
- Pique-Nique du 28 Juin
- Atelier "Greffage d’agrumes"
- Concours et Expo photos "Plumes"
- Atelier "Insectes et auxiliaires"
- Art floral - Jumelage Louisiane
- Atelier "Vivaces"
- Marché aux plantes 2018
- Atelier "Plantation d’arbres"
- Atelier "Une fleur : la Rose !"

- Assemblée Générale 2018 et les champignons

  • 2017

- Art floral, Noël cuivré
- Pépifolies 2017
- Atelier "Conception de jardin"
- Atelier "Conception de jardin"(suite)
- Atelier "Orchidées"
- Fête des Plantes - Bressuire
- Atelier "Rosiers"
- Concours et Expo Photos "Insectes, Araignées et autres Invertébrés"
- Renaturation
- Bassin

  • 2016

- Artisan en herbe 2016

  • 2015

- Pépifolies 2015
- Feuillage travaillé, Mouvement du vent
- Assemblée Générale 2015 et le safran

  • 2014

- Les figuiers
- Aster et Chrysanthèmes
- Foire aux plantes à Bressuire
- Le jardin de Sébastien
- C’est quoi une greffe
- Expo photos 2015 : "Feuilles"
- Expo photos 2014 : "Fleurs Sauvages"
- Le marché Artisan en Herbe 2014
- Les haies bocagères
- Qu’est-ce que je coupe ?
- Rapport d’activités 2013
- Qu’est-ce que c’est ces légumes
- Assemblée générale 2014

  • 2013

- Art floral, de neige et d’argent
- Plantations de vivaces
- Les plantes xérophiles
- Sortie du 21 Septembre
- Taille des fruitiers à noyaux
- Art’Palettes au musée Henri Barré
- Les allergies au jardin
- Sortie du 1er Juin
- Les plantes épiphytes
- Les photos de l’ONG SEF franco malgache
- Expo photos 2013 : les FRUITS
- La campagne avec la ville
- Traitements au naturel
- Tailles des arbustes à fleurs
- Art floral, la tresse du cœur
- L’ortie dans le jardin et dans l’assiette
- Rapport d’activités 2012
- Assemblée générale 2013

- Flash back !
- Le Parc Oriental de Maulévrier
- Le parc Camifolia à Chemillé
- Le parc Terra Botanica à Angers

- De l’humour aussi…
- Construction des toilettes sèches
- Musique au jardin de la Magdeleine
- 20 bonnes raisons de faire le marché "Artisan en herbe"


COURRIER :

Terra Botanica

Centre Socio-culturel

Pôle Anne Derays

79100 Thouars

tel : 05 49 66 76 40


LE SITE

optimisé pour Mozilla Firefox

résolution 1280x1024


SIÈGE :

Maison des Jardiniers

Levée de la Magdeleine

79100 Thouars


CONTACT :

GIF - 1.2 ko

info@terrabotanica-thouars.fr


ADHÉSION

L’adhésion à l’association donne accès aux ateliers gratuitement.

Les sorties sont à tarif réduit.

Montant de l’adhésion :

de 2001 à 2012 : 11 euros

en 2013 : 13 euros


NOS PARTENAIRES

GIF - 3.2 ko

GIF - 8.6 ko

JPEG - 15.3 ko


GIF - 3.8 ko


GIF - 7.2 ko


GIF - 3.2 ko


GIF - 7.3 ko


GIF - 9.7 ko


GIF - 6.1 ko


GIF - 29.4 ko


GIF - 3.9 ko


GIF - 20.2 ko


GIF - 10.8 ko


GIF - 13.1 ko


GIF - 5.2 ko


GIF - 4.2 ko


GIF - 11.4 ko


JPEG - 6.5 ko


GIF - 8.6 ko


GIF - 5.4 ko