Algues, insectes, viande artificielle… Que mangera-t-on en 2050 ?

vendredi 3 septembre 2021
par  TerraBotanica1

JPEG - 74 ko

La Terre devrait compter 10 milliards d’humains en 2050, contre 7,9 milliards aujourd’hui. Cette hausse de la population mondiale, comme le changement climatique, pourrait bouleverser notre alimentation. Tour d’horizon de ce que l’on pourrait trouver dans nos assiettes dans 30 ans.

Nourrir la population terrestre est un défi depuis toujours. Avec la hausse de la population mondiale (nous devrions être près de 10 milliards sur Terre en 2050, contre 7,9 milliards aujourd’hui) et la possible diminution de la production agricole mondiale sous l’effet du changement climatique évoquée par la Banque mondiale, notre alimentation risque de changer. Alors, que pourrait-on trouver dans nos assiettes dans 30 ans ?

Les légumineuses, l’aliment qui tend à devenir indispensable

JPEG - 64.5 ko

Tout le monde a une boîte de pois chiches traînant au fond du placard. Et les légumineuses seront indispensables à notre alimentation de demain. Dans un communiqué, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) met en avant les bienfaits de ces plantes. « Riches de nombreux bienfaits pour l’alimentation humaine, l’alimentation animale, et l’environnement, ces espèces assurent une faible consommation en intrants, des ruptures dans les rotations, un gain de rendements pour les céréales, une fertilité améliorée des sols. »

Selon la commission d’experts internationaux EAT-Lancet, dans le cadre de « la transformation vers une alimentation saine d’ici 2050 », il faudra doubler « la consommation mondiale de fruits, légumes, noix et légumineuses ». Dans le même temps, « la consommation d’aliments tels que la viande rouge et le sucre devra être réduite de plus de 50 % ». À vos placards !

Les algues, la solution marine

JPEG - 79.9 ko

Si l’usage de l’algue marine dans l’alimentation remonte au IVe siècle au Japon et au VIe siècle en Chine, cette dernière à encore du mal à conquérir les pays occidentaux. Pourtant, leurs qualités nutritionnelles en font une alliée de poids.

Selon Jean-Louis Vidalo, médecin du sport, expert auprès de l’Organisation des Nations unies, auteur de Spiruline, l’algue de santé et de prévention, aux éditions du Dauphin, « c’est le nutriment le plus complet : plus de 60 % de protéines avec tous les acides aminés, des acides gras, des vitamines (B1, B6, B12), des enzymes et des pigments (bêtacarotène, chlorophylle et la phycosianine) ».

Faciles à produire, elles ont aussi l’avantage d’être peu gourmandes en énergie. Dans le magazine de juillet 2020 de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Pierre Colas, chargée de recherche à la station biologique de Roscoff (Finistère), expliquait que « les microalgues croissent rapidement et présentent de ce fait des rendements à l’hectare près de dix fois supérieurs à ceux des végétaux terrestres cultivés ».

Autre avantage : « Comme elles consomment du CO2 (via le processus de photosynthèse), elles peuvent capturer celui-ci si elles sont cultivées près de pôles industriels, et ainsi contribuer à lutter contre le réchauffement climatique. »

Les insectes, un passage obligé vers l’alimentation du futur ?

JPEG - 72.4 ko

Faisant déjà partie de l’alimentation de deux milliards de personnes, l’arrivée de ces petites bêtes dans nos assiettes serait bénéfique pour la planète, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les élevages d’insectes émettent moins de gaz à effet de serre et d’ammoniac que ceux de viande, et les insectes contiennent des protéines, des vitamines et des acides aminés bons pour l’homme.

« Les insectes ont un taux de conversion alimentaire élevé, par exemple les grillons ont besoin de six fois moins de nourriture que les bovins, quatre fois moins que les moutons et deux fois moins que les porcs et les poulets de chair pour produire la même quantité de protéines », explique l’organisme de l’ONU.

Toujours d’après la FAO, les criquets chapulines, très appréciés au Mexique, contiennent jusqu’à 48 g de protéines pour 100 g, contre 28 g sur 100 pour le bœuf. Pour autant, il ne sera pas forcément nécessaire de les manger tels quels. Ils pourront aussi être utilisés dans des aliments recomposés, ou comme source de protéine dans des mélanges de matières premières, comme les farines. Une bonne nouvelle pour ceux qui restent frileux.

La viande artificielle, une alternative intéressante ?

JPEG - 68.9 ko

Toujours selon la FAO, la production de viande conventionnelle représente une part considérable des émissions de gaz à effet de serre (18 %), de l’utilisation des sols (30 %), ainsi que de la consommation d’eau (8 %) et d’énergie mondiale.

Par ailleurs, l’organisation estime que la consommation de viande devrait doubler d’ici 2050. Dans ce contexte, de nombreux laboratoires se sont lancés dans la culture de viande synthétique, qui présenterait, selon eux, l’avantage d’avoir une empreinte écologique beaucoup moins lourde.

Les prouesses des scientifiques vont loin, en proposant un produit présenté comme qualitatif. Ils arrivent notamment à réaliser de la viande de bœuf japonais grâce à des imprimantes 3D.

Mais selon certaines études, cette viande artificielle pourrait ne pas être si bonne que cela, pour l’environnement. Et des chercheurs se sont interrogés sur les risques que pourrait présenter celle-ci sur le plan sanitaire.

https://www.ouest-france.fr/leditio…


Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RÉFÉRENCES


Des annonces pour mon jardin avec

labouture.fr

JPEG - 203.7 ko


DERNIERS ARTICLES

  • 2020

- Atelier "Recyclage des déchets verts : compost ou paillage"

- Atelier "Les Cactées"

- Atelier "Taille des grimpantes et vigne"

- Assemblée Générale 2020 et Pommes

  • 2019

- Art floral : Décor de Noël
- Atelier "Petits arbres fruitiers et d’ornement"
- Atelier "Engrais verts"
- Fête des plantes de Bressuire du 6 Octobre
- Pique-nique du 27 Juin
- Atelier Art floral : "Les Roses"
- Concours et expo photos "Au bord de l’eau"
- Floralies de Nantes
- Atelier "Butte de permaculture et plantation haie fruitière"
- Atelier "La santé du jardin"
- Marché de printemps à Terra Botanica ANGERS
- Atelier "Soins aux plantes d’appart"
- Atelier "Sols : Amendements / Paillages"
- Assemblée Générale 2019 et Rosiers

  • 2018

- Conférence de Pierre Donadieu
- Atelier "Couronne de Noël"
- Atelier "Bouturage de bois dormant"
- Atelier "Bulbes"
- Fête des plantes de Bressuire
- Atelier "Fougères"
- Pique-Nique du 28 Juin
- Atelier "Greffage d’agrumes"
- Concours et Expo photos "Plumes"
- Atelier "Insectes et auxiliaires"
- Art floral - Jumelage Louisiane
- Atelier "Vivaces"
- Marché aux plantes 2018
- Atelier "Plantation d’arbres"
- Atelier "Une fleur : la Rose !"

- Assemblée Générale 2018 et les champignons

  • 2017

- Art floral, Noël cuivré
- Pépifolies 2017
- Atelier "Conception de jardin"
- Atelier "Conception de jardin"(suite)
- Atelier "Orchidées"
- Fête des Plantes - Bressuire
- Atelier "Rosiers"
- Concours et Expo Photos "Insectes, Araignées et autres Invertébrés"
- Renaturation
- Bassin

  • 2016

- Artisan en herbe 2016

  • 2015

- Pépifolies 2015
- Feuillage travaillé, Mouvement du vent
- Assemblée Générale 2015 et le safran

  • 2014

- Les figuiers
- Aster et Chrysanthèmes
- Foire aux plantes à Bressuire
- Le jardin de Sébastien
- C’est quoi une greffe
- Expo photos 2015 : "Feuilles"
- Expo photos 2014 : "Fleurs Sauvages"
- Le marché Artisan en Herbe 2014
- Floralies de NANTES
- Les haies bocagères
- Qu’est-ce que je coupe ?
- Rapport d’activités 2013
- Qu’est-ce que c’est ces légumes
- Assemblée générale 2014

  • 2013

- Art floral, de neige et d’argent
- Plantations de vivaces
- Les plantes xérophiles
- Sortie du 21 Septembre
- Taille des fruitiers à noyaux
- Art’Palettes au musée Henri Barré
- Les allergies au jardin
- Sortie du 1er Juin
- Les plantes épiphytes
- Les photos de l’ONG SEF franco malgache
- Expo photos 2013 : les FRUITS
- La campagne avec la ville
- Traitements au naturel
- Tailles des arbustes à fleurs
- Art floral, la tresse du cœur
- L’ortie dans le jardin et dans l’assiette
- Rapport d’activités 2012
- Assemblée générale 2013

- Flash back !
- Le Parc Oriental de Maulévrier
- Le parc Camifolia à Chemillé
- Le parc Terra Botanica à Angers

- De l’humour aussi…
- Construction des toilettes sèches
- Musique au jardin de la Magdeleine
- 20 bonnes raisons de faire le marché "Artisan en herbe"


COURRIER :

Terra Botanica

Communauté de Communes du Thouarsais

Centre Socio-culturel

Centre Prométhée

21, rue Victor Hugo

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 76 40


LE SITE

optimisé pour Mozilla Firefox

résolution 1280x1024


SIÈGE :

Communauté de Communes du Thouarsais

Centre Socio-culturel

21, Rue Victor Hugo

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 76 40


CONTACT :

GIF - 1.2 ko

info@terrabotanica-thouars.fr


ADHÉSION

L’adhésion à l’association donne accès aux ateliers gratuitement.

Les sorties sont à tarif réduit.

Montant de l’adhésion :

de 2001 à 2012 : 11 euros

de 2013 à 2018 : 13 euros

de 2019 à 2020 : 15 euros


NOS PARTENAIRES

GIF - 3.2 ko

GIF - 8.6 ko

JPEG - 15.3 ko


GIF - 3.2 ko


GIF - 7.3 ko


GIF - 9.7 ko


GIF - 6.1 ko


GIF - 20.2 ko


GIF - 8.6 ko


GIF - 20.4 ko