Les Rendez-Vous en 2019

mardi 22 janvier 2019
par  TerraBotanica2

PROCHAINS RENDEZ-VOUS :


Jeudi 28 Mars 2019 - 20h30

Jardinage écologique - Soirée ciné - débat

Auditorium des Ecuries du Château de Thouars

Depuis le 1er janvier 2019, l’interdiction des pesticides s’applique également aux particuliers. Lors de cette soirée seront projetées des vidéos, tournées dans les jardins de Terre Vivante, présentant des gestes et techniques de jardinage écologique. A l’issue de ces projections, la discussion sera ouverte afin d’échanger ensemble sur ces solutions de jardinage alternatif. Cette soirée s’inscrit dans le programme de la "Semaine pour les Alternatives aux Pesticides" (20-30 mars) animée par la Communauté de Communes du Thouarsais

- par Yohan PALLUEL & Paul MOREAU


Jeudi 27 juin 2019

PIQUE-NIQUE

En soirée : C’est le pique-nique annuel de l’association. La soirée est ouverte à tous. Pour y participer, il suffit d’apporter un plat à partager. Venez nombreux.


JPEG - 31.1 ko JPEG - 197.2 ko JPEG - 98 ko JPEG - 24.8 ko JPEG - 40.3 ko JPEG - 126.3 ko JPEG - 83 ko


JPEG - 22.1 ko JPEG - 136.1 ko JPEG - 125.1 ko


JPEG - 34.8 ko JPEG - 149.4 ko Dans le verger de Catherine Olagnier, à la Forge fleurie de Fronteau, sur la commune de Bouillé-Saint-Paul, Roger Biardeau, vice-président des Croqueurs de pommes des Deux-Sèvres, a répondu à l’appel d’une vingtaine de personnes désireuses de tout connaître sur la taille et la greffe des arbres fruitiers à pépins, tels les pommiers ou les poiriers. La matinée était consacrée à la taille de ces arbres, afin de leur redonner un petit coup de jeune. Dans l’après-midi, après quelques leçons de théorie, le Croqueur est passé à la pratique de la greffe. Auparavant, il a fallu enlever, au sécateur ou à la scie, toutes les branches de l’arbre pour ne garder qu’une partie du tronc où les greffons seront insérés. Deux ou trois espèces différentes peuvent d’ailleurs être greffées sur une même branche. Greffes en couronne (photo), en gobelet, en écusson, à œil dormant, en chip-budding ou encore, à l’anglaise compliquée (ou non), c’est un travail quasi chirurgical, sans anesthésie, avec des outils coupants comme des rasoirs, et bien désinfectés. Bien respecter l’axe central, et ne pas oublier le mastic pour une bonne cicatrisation de la greffe ! Faut-il couper le greffon sur un œil intérieur ou extérieur ? Roger Biardeau ne se pose plus la question : « C’est selon… », confie l’homme de l’art, rappelant que « la taille n’est jamais une science exacte ». La raison de vivre de l’association ? La sauvegarde, la préservation et la promotion des anciennes variétés d’essences fruitières, faire perdurer les vieilles espèces régionales en voie de disparition, telles la sainte-germaine, la mouchetée, la reinette du grand Faye, la patte de loup ou la blandurette… et apporter des conseils d’entretien de taille et de greffage.

Association des Croqueurs de pommes : Roger Biardeau au 05.49.65.98.91 ou 06.02.19.39.35, courriel : robiard@orange.fr La Forge Fleurie, Catherine Olagnier au 05.49.67.02.40, ou courriel : laforgefleurie@orange.fr


JPEG - 116.4 ko Chantal et Jean-Marie ont répondu à l’invitation et ont participé à la marche organisée par les agriculteurs de Maulais ; Ils ont rapporté cette photo : JPEG - 200.6 ko Chacun des pots contient des graines d’engrais verts : Avoine rude - Phacélie - Radis chinois - Mélilot jaune - Lathynus (Gesse) - Sainfoin - Féverole d’hiver - Féverole de printemps + vesce. Les engrais verts font partie des pratiques de l’agro-écologie : ils pompent l’excès de nitrates des sols en hiver particulièrement en évitant le lessivage - ils améliorent la structure du sol avec leurs racines - ils sont un apport non négligeable en matière azotée - ils participent au développement de la microfaune du sol en le rendant plus vivant.


JPEG - 42.5 ko JPEG - 137.9 ko

La bourse verte a lieu ce week-end à l’espace Léonard-de-Vinci pour la première fois, permettant à chaque jardinier amateur d’enrichir son jardin par un échange. Tel en est le principe. Un surplus de fleurs, plantes, arbustes, graines ? Emmenez-les et venez découvrir et profitez l’abondance de cette bourse aux plantes. Même sans apport de végétaux, il sera possible de se servir et de profiter des conseils et du savoir-faire. Cette année l’accent est mis sur les graines. La médiathèque a déjà mis en place une grainothèque et le centre socioculturel souhaite l’enrichir encore. Alors que ce soit des fleurs, des légumes ou de fruits, dans un esprit de partage, chacun peut emmener ses semences dans une enveloppe, une boite, un pochon ou tout autre contenant, en ayant noté le nom dessus. Le printemps est là, il est temps de préparer son jardin.

Rendez-vous samedi 13 avril de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h et dimanche 14 avril de 9 h à 13 h à l’espace Léonard-de-Vinci. Gratuit. Renseignements au CSC : tél. 05.49.67.52.80.


La vie érotique de mon Potager

Publié le 26 mars 2019 par Isa-Marie

Blog de "Grelinette et Cassolettes"

Avec ce livre génial vous n’allez plus considérer votre potager de la même façon ! D’abord vous allez réaliser combien vous êtes complices de tout ce qui se trame au jardin et vous devrez bien reconnaître que vous y prenez plaisir aussi !

Ensuite vous allez apprendre plein de choses pour avoir un potager encore plus fertile. Mais pas que. Humour, bonne humeur, lucidité chlorophyllesque , astuces de jardinage et herbier très original, je vous raconte pourquoi je pense que cet ouvrage est "le" livre du printemps, à connaître absolument !

JPEG - 110.2 ko JPEG - 205.9 ko

Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant :

http://www.grelinettecassolettes.co… ?


JPEG - 333.9 ko JPEG - 378 ko JPEG - 208.6 ko JPEG - 254.2 ko


JPEG - 63.5 ko JPEG - 194.9 ko JPEG - 25.1 ko

On connaissait le permis de conduire, de construire, de chasse, de port d’arme ou même de tuer, réservé à James Bond et aux agents secrets… La Ville de Thouars innove cette année en inventant le « permis de végétaliser ». Tous ceux qui souhaitent participer se verront remettre « un kit de plantation composé d’un seau pour compost et trois plantes aux atouts variés : tapissante, buisson et érigée », détaille Alain Peltier, responsable du service espaces verts.

JPEG - 5.6 ko

« Le but est d’inciter les gens à s’approprier l’espace public, que ce soit un coin de rue ou un bout de trottoir, pour le valoriser avec des plantes, des fleurs, explique le maire, Patrice Pineau. Il suffit de remplir un petit formulaire. On ne veut pas être trop formaliste, mais il y a quelques règles simples à respecter : ne pas planter des végétaux toxiques ou interdits, choisir des espèces adaptées et, évidemment, cultiver sans aucun pesticide. »

JPEG - 4.6 ko

Les produits chimiques sont en effet proscrits désormais, pour les collectivités comme les particuliers. Une très bonne chose selon Patrice Pineau, favorable « à l’interdiction totale des pesticides chimiques ». Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, « la participation de chacun, même modeste, a un effet démultiplicateur donc plus visible. Cela valorise le cadre de vie et rend la ville plus attractive ». Une bonne façon aussi de continuer à séduire le jury des villes et villages fleuris, qui sera en visite le 1er août prochain. Thouars est en effet la seule commune des Deux-Sèvres à arborer les « quatre fleurs », soit la note maximale. « La participation citoyenne fait partie des critères de notation », confirme le maire. Pour faire connaître ce permis et cette volonté, la Ville a mis sur pied, comme l’an passé, une journée dédiée au végétal. Samedi, de nombreux ateliers sont ainsi au menu et les serres municipales, près de l’hôpital, ouvriront leurs portes en grand (lire ci-contre).

JPEG - 121.2 ko


JPEG - 43.9 ko

Depuis quelques années, le jardin expérimental niché au parc Imbert était animé par Clément Barret, parti exercer en début d’année comme chef jardinier à Chédigny (Indre-et-Loire). Malgré ce départ, le lieu rouvrira bien ses portes au public début juillet. « Deux personnes pilotent désormais le projet, confie Patrice Pineau. Le jardin va changer de nom mais c’est encore trop tôt pour le dévoiler. Je peux simplement dire que l’idée est de conjuguer l’art et le jardinage, tout en racontant une histoire autour de l’arbre… » Par ailleurs, la Ville prépare une journée spéciale qui aura lieu vers la mi-juin : des animations sont notamment au menu sur la place Flandres-Dunkerque « sur le thème de tous les bienfaits que les plantes peuvent apporter pour la santé ou encore le bien-être », indique Alain Peltier.


JPEG - 32.6 ko JPEG - 144.4 ko

Ce dernier week-end, les jardins de la Forge fleurie de Catherine Olagnier ont été le lieu de rendez-vous des artistes peintres, pinceaux à la main, assis ou courbés devant leurs chevalets ou simples passionnés de peinture. Cette année en effet, la société des artistes de l’École du Thouet – présidée par Claude Jamin et Michel Ferchaud, président d’honneur – exposait les tableaux réalisés ici depuis 2005. Rendez-vous placé sous le signe de la peinture, mais pas seulement puisque la Forge accueillait également l’habituel troc plantes où tout s’échange, en toute simplicité, boutures, graines ou végétaux divers, pour le plus grand bonheur des visiteurs. Mais aussi, et c’était une première, par la présence de Grainélis venue présenter sa production, tels des farines, graines à cuire, graines pour les oiseaux et autres animaux de basse-cour, avec à la clé, dégustation de divers petits gâteaux élaborés avec les produits de la ferme.

La Forge fleurie de Fronteau, Bouillé-Saint-Paul, 79290 Val-en-Vignes. Tél. 05.49.67.02.40. Courriel : laforgefleurie@orange.fr


JPEG - 40.2 ko JPEG - 192.4 ko JPEG - 139.9 ko JPEG - 22 ko

Vivement les saints de glace ! Attendus chaque année par tous les jardiniers, Mamert, Pancrace et Servais, les trois saints fêtés les 11, 12 et 13 mai, semblent encore bien loin aujourd’hui… Depuis le Moyen âge, selon la croyance populaire, le gel ne serait plus à craindre une fois cette période passée. Hier, vers 14 h 30, il ne gelait pas. Mais le mercure atteignait péniblement 6 °C. Vent et pluie se sont alors chargés de noyer pour de bon les ateliers plantation prévus en centre-ville dans le cadre de la « journée du fleurissement citoyen ». Une animation était notamment programmée pour lancer un jardin partagé à l’îlot du 4-Août, entre la rue Porte-au-Prévost et l’Hôtel Tyndo.

JPEG - 7.7 ko

La météo a donc dissuadé les éventuels participants de participer… « C’est bien qu’il y ait de la pluie, on en avait besoin, mais elle ne tombe pas au meilleur moment », souffle Thierry Gonnord, l’un des jardiniers municipaux. L’atelier pourrait cependant être reporté à une date ultérieure, avec un climat plus propice… En attendant, le public a pu trouver refuge dans l’ambiance feutrée des serres municipales, près de l’hôpital de Thouars. 1.200 m2 à 18 °C minimum, où les éléments hostiles vous laissent en paix. « On a vu passer énormément de monde ce matin », témoigne Ingrid Lucet, la responsable des lieux, au milieu des 18.000 plants près à être mis en terre aux quatre coins de la cité. « Mais on ne plantera pas avant la mi-mai », précise-t-elle, afin d’éviter tout risque de gel. Le mois à venir est ainsi la période la plus intense de l’année pour la cinquantaine d’agents municipaux du service « espace public », parmi lesquels on trouve 23 jardiniers… Mais aussi de nombreuses idées méritant d’être brevetées, à l’image de ces jardinières verticales constituées de palettes remplies de terre et dotées de deux tuyaux internes pour apporter l’eau directement aux racines. Ces jardinières seront notamment accrochées aux barrières de la rue Porte-de-Paris.


JPEG - 30.4 ko

JPEG - 137.5 ko

Faut-il y voir une victoire symbolique de la nature sur la voiture ? Toujours est-il que dans le cadre de la campagne de fleurissement 2019, le service des espaces verts de la Ville installe un jardin éphémère place Flandres-Dunkerque, ayant pour thématique les bienfaits des plantes pour l’homme. Une initiative que même les automobilistes ont pu constater de près : pour les besoins de l’opération, la circulation est réduite sur une voie, préfigurant peut-être ce que sera la place dans quelques mois ou années, après l’ouverture du futur cinéma…


Dans la NR du 24 Mai :

JPEG - 25 ko JPEG - 114.3 ko

La quatrième manifestation aura lieu dans l’ancienne épicerie au 3, rue Saint Médard, que la Ville a fait rénover à cet effet. L’objectif est de valoriser les pratiques artistiques amateures avec le partenariat des associations locales. Ainsi, trois expositions se succéderont sur plus d’un mois.

La première, sera organisée par l’École du Thouet, le vernissage se déroulera le 24 mai à 18 h, les œuvres de la vingtaine de peintres seront exposées jusqu’au 2 juin.

Terra-Botanica et la SEF franco-malgache feront cause commune pour la valorisation du patrimoine et l’amélioration des conditions de vie de la population malgache.

L’exposition se déroulera du 7 juin au 16 juin de 15h à 19h, avec le vernissage et la remise de récompenses le 7 juin à 18 h.

La troisième exposition sera celle du Photo rail club thouarsais, comptabilisant une quarantaine de membres, qui en plus de former les personnes à la prise de vue et aux logiciels correspondants, participe à la vie artistique du Thouarsais. Sur le thème « Imag’inatoires », l’exposition du club se fera à partir du 20 juin (vernissage à 18 h) et se terminera le 30 juin.


JPEG - 150.8 ko

http://www.culture.gouv.fr/Regions/…

http://www.alpc.culture.gouv.fr/pag…

https://rendezvousauxjardins.cultur…


JPEG - 188.2 ko JPEG - 119 ko


JPEG - 20.5 ko

JPEG - 218.5 ko

Roger Biardeau, expert chez les Croqueurs de pommes, était à la Forge fleurie de Catherine Olagnier, pour une démonstration de taille des arbres fruitiers, « la taille en vert », ainsi dénommée car elle est pratiquée pendant la période végétative, lorsque les arbres sont en feuilles. « En fait, de début juin jusqu’au 15 juillet, ni trop tôt, pour éviter la repousse, ni trop tard… en plus, cette taille supprime la taille d’hiver ! » précise le Croqueur. Elle se pratique principalement sur les formes basses des pommiers et des poiriers, en espaliers, contre-espaliers ou quenouilles. « L’intérêt de la taille en vert est de permettre à la lumière de mieux pénétrer à l’intérieur de la ramure, en supprimant des feuilles pour freiner la fonction chlorophyllienne, poursuit Roger Biardeau. La vigueur du végétal s’en trouvera diminuée et les bourgeons végétatifs se transformeront plus rapidement en boutons à fleurs… » CQFD ! « Belle démonstration, mais plus facile à dire qu’à faire… pour un amateur ! » sourit la propriétaire du lieu.

La Forge fleurie de Fronteau, Bouillé-Saint-Paul 79290 Val-en-Vignes. Tél. 05.49.67.02.40 ou courriel : laforgefleurie@orange.fr. Association des Croqueurs de pommes, Roger Biardeau, tél. 05.49.65.98.91.


JPEG - 28.5 ko JPEG - 163.2 ko

Le Centre permanent d’initiative pour l’environnement (CPIE) de Gâtine poitevine s’est fait localement le relais de l’opération nationale « Bienvenue dans mon jardin au naturel » pour promouvoir un jardinage écologique. C’est dans ce cadre que Natacha Granger, professeure d’histoire-géographie au collège Marie-de-la-Tour-d’Auvergne, a proposé aux élèves des classes de sixième de cultiver le jardin pédagogique situé en contrebas du château en harmonie avec les intentions du développement durable. Une dizaine de collégiens ont adhéré à l’idée et se sont retrouvés chaque lundi avec leur professeure pour entretenir la parcelle et y produire différents fruits et légumes tels que fraises, fèves, et autres tomates. A l’occasion du week-end national, ils ont accueilli parents et amis pour leur montrer le « fruit » de leur travail. Ils avaient fait macérer de la mélisse afin de confectionner avec eau, sucre et jus de citron une délicieuse limonade maison. Ce projet a servi de sujet de mémoire à Natacha pour son master.


JPEG - 30 ko JPEG - 221.6 ko JPEG - 142.3 ko JPEG - 22.2 ko

C’est un peu la vitrine végétale de la ville, un repère pour certains sur la route des vacances, une fois l’an, ou du boulot, chaque matin… Au parc de la Subilène, surplombant le rond-point, la grande mosaïque végétale figurant le blason de la cité est bichonnée par les jardiniers municipaux. « Thouars est l’une des rares communes à encore pratiquer la mosaïculture », ne manquait pas de signaler le maire, Patrice Pineau, lors d’une visite des vastes serres municipales. Pour les 23 agents dédiés au jardinage, il ne s’agit pourtant là que d’une petite partie émergée d’un immense iceberg…

JPEG - 7.4 ko

« A partir du 15 mai, on a environ 18.000 plants à mettre en terre en trois semaines, un mois maximum », illustre Alain Peltier, responsable des espaces publics extérieurs. Une période de pointe qui se prépare tout au long de l’année : « Pour la composition des massifs, par exemple, on travaille par groupes thématiques de cinq ou six personnes. Dès le mois de novembre, on doit savoir précisément ce qu’on va faire ». Schémas, dessins voire maquettes si besoin : tout est fait maison ! Faits maison également, les nombreux supports et autres structures permettant d’innover et surprendre à chaque saison. « On fait beaucoup de récupération, de recyclage de matériaux, indique Alain Peltier. Cette année, on a réalisé des jardinières verticales à base de palettes ou encore des jardinières renforcées, avec des oyas pour une meilleure irrigation (lire ci-dessous). On passe également par des phases d’essais avec certaines plantes, des tests grandeur nature, car on a parfois de mauvaises surprises par rapport aux photos des catalogues… » La ville produit en effet ses propres plants, mais en achète également chez des fournisseurs spécialisés. « C’est le même principe qu’en agriculture, il faut éviter la monoculture : pas toujours les mêmes plantes au même endroit », conclut Alain Peltier.

https://www.lanouvellerepublique.fr… ?


JPEG - 33.2 ko

JPEG - 185.8 ko JPEG - 177.3 ko

JPEG - 25.3 ko

Belle réalisation sous la houlette du chef du service des espaces verts à Thouars, Alain Peltier. Le parc Imbert (qui conserve son nom pour des motifs pratiques) est rebaptisé Jardin des curiosités et offre un parcours initiatique tout à fait enchanteur. Le visiteur peut y découvrir l’histoire de Thouars au fil de périodes remontant à plus de 350 millions d’années, pas moins, lorsque la ville des cheminots abritait l’ancêtre le plus direct du cycas dont on peut voir aujourd’hui encore un digne représentant. Le spécimen se présente sous la forme d’un adorable petit arbuste, aux graines conservant des caractères archaïques évidents. Il représente à lui tout seul cette période lointaine.

JPEG - 8.9 ko

Le maire, Patrice Pineau, en même temps qu’il fait l’éloge de ses collaborateurs, en profite pour parler d’une période plus récente, il y a 160 millions d’années seulement, quand sa ville était recouverte par la mer (Thétys) et qu’il y régnait un climat plutôt tropical. Très vite on sent chez lui la passion et on salue sa formation de pharmacien biologiste spécialisé en botanique. Son message est clair et très actuel. « L’arbre et la forêt primaire qui démarrent la visite du jardin sont facteurs de préservation de biodiversité. Pour un arbre qui meurt à Thouars, nous en replantons trois, ici, dans nos jardins. » On l’aura compris, à Thouars, les enjeux du réchauffement climatique ont été bien intégrés. « La forêt fournit l’oxygène de la planète et stocke le carbone, ce qui contribue à diminuer l’effet de serre. » L’idée originale qui devrait permettre de séduire encore un peu plus le visiteur tient dans l’apport d’un artiste, Alain Vigny. Ce dernier a été invité par la directrice de l’école d’arts plastiques de la ville (Sophie Brossais). Il expose également à partir de ce samedi 29 juin au centre d’art de la chapelle Jeanne-d’Arc. Avec son compère Philippe Le Feron, qu’il n’oublierait pour rien au monde de citer, les deux ont réalisé une œuvre d’inspiration rocaille, un mouvement reconnu par les spécialistes comme artistique à partir du XIXe siècle. Un arbre est représenté au cours de la visite sous la forme d’un béton finement sculpté. Une invitation à s’asseoir. Il constitue l’essentiel du sujet, les ressources vertueuses de l’arbre : l’envie de se reposer et de bien vivre, sans oublier tout ce que l’on peut faire d’autre avec celui qui remonte à nos origines.

JPEG - 6.1 ko

Le maire aimerait bien construire une belle légende autour de tout cela, un peu à la façon de Pougne-Hérisson et de son artiste de génie Yannick Jaulin. « Cet arbre en fait a été abattu par un de nos jardiniers et a été retrouvé le lendemain pétrifié. C’est-à-dire transformé en pierre », dit-il et avec aplomb. Est-ce que ce nouveau mythe prendra racine ? La question reste pour le moment sans réponse mais l’invitation à la visite du Jardin des curiosités au parc Imbert est bien là. Et elle vaut le déplacement ! Coup de chapeau à l’ancien jardinier de la Ville, Clément Barret, parti travailler en Indre-et-Loire et partiellement remplacé par Ingrid Lucet qui assure la production florale dans les serres de la ville. Sans oublier Christelle Bègue, la directrice des affaires culturelles, et tout le monde aura été cité !

JPEG - 115.9 ko


JPEG - 28.7 ko

JPEG - 187.1 ko

Sous l’impulsion de la communauté de communes du Thouarsais (CCT), l’école primaire « 1,2,3, soleil », installée à Vrères pour un regroupement pédagogique des communes de Saint-Léger-de-Montbrun et Saint-Martin-de-Mâcon, a élaboré son jardin pédagogique. Parents, grands-parents d’élèves et amis étaient conviés à la découverte de ce travail effectué par les 63 élèves de trois classes, les CP/CE1, les CE1/CE2 et les CE2/CM1. Stéphane Dupré, directeur de l’école, explique : « Cinq ateliers ont été nécessaires pour la réalisation de ce potager éducatif, avec l’aide technique de Yoann Palluel, animateur à la CCT. Tout a débuté en mars avec les semis de graines et plants de légumes et l’apprentissage des enfants à la reconnaissance des différents types de légumes. Puis les apprentis jardiniers ont éclairci les semis et compris le principe et l’intérêt du compostage, dans un bac en bois fourni par la CCT ». Fin avril, les jeunes élèves ont fabriqué des refuges à insectes, « qui sont les auxiliaires du jardinier », puis à la fin mai, « nous avons procédé aux repiquages divers et à la dégustation des premières récoltes, précise l’enseignant. Les radis sont les premiers à sortir de terre et sont appréciés des enfants. Nous avons mis des betteraves, des tomates qui vont mûrir plus tard, mais aussi des fleurs, œillets et géraniums, afin de montrer aux jardiniers en culotte courte, la diversité d’un jardin. » Après avoir été repoussées pour cause de tempête, l’inauguration et la dégustation collective avec les familles ont eu lieu fin juin. « Ce jardin pédagogique était une première pour l’école montbrunoise. » Mais assurément, il a fait naître… de la graine de jardinier !


JPEG - 22 ko JPEG - 184.6 ko JPEG - 22.1 ko

La date est connue : vendredi 2 août, le jury du Conseil national des villes et villages fleuris (label 4 fleurs) est de passage à Thouars pour, si c’est mérité, continuer à décerner le symbole le plus élevé à la commune. Une visite attendue et préparée par les services municipaux, à la demande expresse du maire, Patrice Pineau. En effet, la Ville, titulaire de ce label depuis 1998 sans interruption, oriente sa politique pour le conserver trois ans de plus. Au moins. La mesure d’une qualité de vie D’emblée, Patrice Pineau plante le décor. « Pour recevoir ce label, il ne s’agit pas de mesurer la surface allouée aux espaces verts et floraux, mais de jauger une qualité de vie, au sens large du terme. C’est l’illustration d’une volonté politique », défend-il. Sont ainsi évaluées, entre autres, la qualité des aménagements dans les espaces publics, mais aussi la qualité de la réalisation, la créativité ou encore la propreté. « En tout, on dénombre une soixantaine de critères, détaillés dans une grille d’évaluation », reprend Alain Peltier, responsable de la division espaces publics extérieurs à la Ville. « Mais nous n’organisons pas la visite selon cette grille, embraye le maire. Le parcours est conçu de manière à être pertinent et montrer un maximum d’aspects. » Un plus patrimonial Pour la municipalité en place, les efforts consacrés à la place du végétal constituent un prolongement logique à la valorisation patrimoniale. Mais pas seulement. « On ne voit pas un bâtiment prestigieux sans massif floral autour. Il s’agit donc d’un écrin naturel qui entoure le patrimoine, réagit Patrice Pineau. Mais cela permet aussi d’offrir une qualité de vie meilleure pour les habitants. » Les habitants concernés Un critère également essentiel à la gratification des quatre fleurs : l’implication des habitants, justement. « Nous agissons également en ce sens. À travers un volet pédagogique, nous voulons entraîner et sensibiliser les concitoyens à nos démarches écologiques, elles aussi vérifiées. La mise en place de jardins familiaux et partagés ou de concours de jardins les plus fleuris en est une illustration », précise le maire. Des projets engagés dans le végétal D’autre part, le jury du Conseil national des villes et villages fleuris donne son verdict non pas à la seule impression de son court passage, mais aussi en fonction des projets des trois années écoulées et de ceux à venir. « Nous intégrons toujours le végétal dans nos réflexions. La preuve avec ce nouveau cinéma qui va sortir de terre square Franklin-Roosevelt », conclut Patrice Pineau.

JPEG - 41.8 ko

JPEG - 19.2 ko JPEG - 80.8 ko

Qu’apporte ce label à la Ville de Thouars ? Patrice Pineau : « Nous sommes la seule ville des Deux-Sèvres à détenir les quatre fleurs, ce qui nous distingue réellement et qui montre une fois de plus la richesse de Thouars. Nous voulons en faire un label touristique et nous travaillons dans ce sens en distribuant des plaquettes aux campeurs pour montrer notre diversité de parcs. Nous sensibilisons également les cyclistes qui passent dans le cadre de la Vélofrancette. »

Disposez-vous d’outils plus modernes pour les valoriser ? « Oui, justement, nous exploitons l’application pour smartphones “ Visite et patrimoine ”, dans laquelle nous avons un circuit organisé et guidé autour du végétal. C’est tout récent, mais cela démontre notre volonté. »

Ces efforts peuvent-ils voler en éclat si la municipalité change de mains en 2020 ? « Je ne peux pas prédire l’avenir. Mais ce que je sais, c’est que si, effectivement, il y a du changement, le successeur disposera d’un socle solide sur lequel se reposer. Tout dépendra de la volonté politique de la municipalité en place, mais si elle veut prendre la suite, les choses lui seront facilitées. »

JPEG - 27.3 ko

Depuis le départ de Clément Barré, jardinier municipal qui se chargeait seul de la gestion du jardin expérimental, la Ville a souhaité donner de l’importance à cet espace, devenu sans maître. Ainsi a été pensé le jardin des curiosités, dans le parc Imbert, qui compte plusieurs espèces rares dans nos contrées, comme le papyrus, le bananier ou l’étrange pin Wollemia, qu’on croyait disparu depuis deux millions d’années. Néanmoins, ce concept pourrait n’être qu’une étape de transition. La réflexion est en cours.


JPEG - 30.9 ko JPEG - 196.7 ko JPEG - 91 ko JPEG - 83.2 ko


JPEG - 35.8 ko JPEG - 178.5 ko Le jury du conseil national des villes et villages fleuris était hier en visite à Thouars. Labellisée sans interruption depuis 1998, la ville semble bien partie pour prolonger son bail trois années de plus. © Photo NR

Personne ne sait encore si Thouars, titulaire de ce titre depuis 1998, restera durant trois années supplémentaires l’unique commune deux-sévrienne labellisée « 4 fleurs ». Les résultats ne seront en effet dévoilés qu’en octobre prochain. Mais la visite officielle réalisée hier à Thouars par les quatre jurés du conseil national des villes et villages fleuris a de quoi inciter à l’optimisme…

JPEG - 8.6 ko

« La visite s’est très bien passée, on sent que la ville est très attachée à ce label, a ainsi commenté la directrice de ce conseil, Martine Lesage, devant plusieurs dizaines d’élus, agents municipaux ou encore jardiniers bénévoles. Il y a ici un lien très fort entre l’histoire, le patrimoine et le végétal. Le ciment de cet état d’esprit, c’est la générosité. On constate que Thouars a conservé la solidarité typique des cités de cheminots. On nous avait promis du changement lors de notre dernière visite et ce changement a eu lieu. Il y a une vraie transversalité entre tous les services. La ville a bougé, elle bougera encore, mais on peut dire que Thouars se prépare bien pour l’avenir. » Un discours qui loue par ailleurs l’aspect environnemental : « Avec le réchauffement climatique, les espaces verts en ville sont un enjeu essentiel. Dans nos soixante critères, ceux liés à cette problématique sont devenus importants dans notre évaluation. On parle d’ailleurs maintenant de “ label national de la qualité de vie ”. On ne regarde pas seulement les fleurs, mais tout un ensemble de choses. Les arbres nous protègent, il faut s’en préoccuper. Les jardins ont aussi un rôle social majeur, car ils incitent les gens à sortir de chez eux, et l’aspect esthétique n’est pas négligeable car tout ce qui est beau rejaillit sur le moral des gens… Ce sont plein de petites clés à trouver ». En venant sur place tous les trois ans, le jury national a aussi pour objectif de voir comment les choses évoluent sur la durée et « si les projets lancés sont réalisés ou toujours en chantier ». Une façon également de vérifier « que le discours politique correspond à la réalité du terrain ».

Pour aller plus loin :

Ce jeudi matin 1er Août le jury décernant "les 4 fleurs" a été accueilli dans la cour des Ecuries du Château puis il a déambulé dans les rues en remontant jusqu’au Jardin Ephémère entre Place Lavault et Place Flandres Dunkerque, terminant par un temps très fort, celui de la visite du Parc Imbert et son Jardin de Curiosités. Il a fait escale sur la Place St Médard, faisant une incursion dans la Maison du Tourisme puis dans l’Epicerie Artistique voisine où Paul a accueilli la délégation :

JPEG - 106 ko

Au cœur d’une exposition très documentée il a retracé rapidement l’historique de "Terra Botanica", les temps forts de ses activités, les rapports avec les collectivités territoriales. Prenant connaissance du site internet de l’Association, chacun s’est vu remettre un dépliant synthétisant la vie de "Terra".

Avant de prendre un pot d’honneur dans la cour de l’Hôtel de ville, deux discours à la tonalité très forte :

JPEG - 194.8 ko

Après avoir retracé l’historique des "4 fleurs" à Thouars, Patrice PINEAU a chaleureusement remercié tous les acteurs de la ville qui se sont impliqués depuis 20 ans que ce label dure à Thouars, générant du lien social entre tous les services et une ville attractive pour tous, habitants et touristes.

JPEG - 194.3 ko

Martine LESAGE, Présidente du Jury a prononcé un discours très remarqué et élogieux, insistant particulièrement sur le bien-être dans notre ville.


JPEG - 41.9 ko JPEG - 229.2 ko Pour lire l’article cliquer sur le lien suivant : https://www.lanouvellerepublique.fr… ?

JPEG - 32.9 ko JPEG - 199.8 ko Pour lire l’article cliquer sur le lien suivant : https://www.lanouvellerepublique.fr… ?

JPEG - 44.3 ko JPEG - 181.1 ko Pour lire l’article cliquer sur le lien suivant : https://www.lanouvellerepublique.fr… ?


JPEG - 642.9 ko



Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Annonces

RÉFÉRENCES


Des annonces pour mon jardin avec

labouture.fr

JPEG - 203.7 ko

Les courges

DERNIERS ARTICLES

  • 2019

- Atelier "Engrais verts"
- Fête des plantes de Bressuire du 6 Octobre
- Pique-nique du 27 Juin
- Atelier Art floral : "Les Roses"
- Concours et expo photos "Au bord de l’eau"
- Floralies de Nantes
- Atelier "Butte de permaculture et plantation haie fruitière"
- Atelier "La santé du jardin"
- Marché de printemps à Terra Botanica ANGERS
- Atelier "Soins aux plantes d’appart"
- Atelier "Sols : Amendements / Paillages"
- Assemblée Générale 2019 et Rosiers

  • 2018

- Conférence de Pierre Donadieu
- Atelier "Couronne de Noël"
- Atelier "Bouturage de bois dormant"
- Atelier "Bulbes"
- Fête des plantes de Bressuire
- Atelier "Fougères"
- Pique-Nique du 28 Juin
- Atelier "Greffage d’agrumes"
- Concours et Expo photos "Plumes"
- Atelier "Insectes et auxiliaires"
- Art floral - Jumelage Louisiane
- Atelier "Vivaces"
- Marché aux plantes 2018
- Atelier "Plantation d’arbres"
- Atelier "Une fleur : la Rose !"

- Assemblée Générale 2018 et les champignons

  • 2017

- Art floral, Noël cuivré
- Pépifolies 2017
- Atelier "Conception de jardin"
- Atelier "Conception de jardin"(suite)
- Atelier "Orchidées"
- Fête des Plantes - Bressuire
- Atelier "Rosiers"
- Concours et Expo Photos "Insectes, Araignées et autres Invertébrés"
- Renaturation
- Bassin

  • 2016

- Artisan en herbe 2016

  • 2015

- Pépifolies 2015
- Feuillage travaillé, Mouvement du vent
- Assemblée Générale 2015 et le safran

  • 2014

- Les figuiers
- Aster et Chrysanthèmes
- Foire aux plantes à Bressuire
- Le jardin de Sébastien
- C’est quoi une greffe
- Expo photos 2015 : "Feuilles"
- Expo photos 2014 : "Fleurs Sauvages"
- Le marché Artisan en Herbe 2014
- Les haies bocagères
- Qu’est-ce que je coupe ?
- Rapport d’activités 2013
- Qu’est-ce que c’est ces légumes
- Assemblée générale 2014

  • 2013

- Art floral, de neige et d’argent
- Plantations de vivaces
- Les plantes xérophiles
- Sortie du 21 Septembre
- Taille des fruitiers à noyaux
- Art’Palettes au musée Henri Barré
- Les allergies au jardin
- Sortie du 1er Juin
- Les plantes épiphytes
- Les photos de l’ONG SEF franco malgache
- Expo photos 2013 : les FRUITS
- La campagne avec la ville
- Traitements au naturel
- Tailles des arbustes à fleurs
- Art floral, la tresse du cœur
- L’ortie dans le jardin et dans l’assiette
- Rapport d’activités 2012
- Assemblée générale 2013

- Flash back !
- Le Parc Oriental de Maulévrier
- Le parc Camifolia à Chemillé
- Le parc Terra Botanica à Angers

- De l’humour aussi…
- Construction des toilettes sèches
- Musique au jardin de la Magdeleine
- 20 bonnes raisons de faire le marché "Artisan en herbe"


COURRIER :

Terra Botanica

Centre Socio-culturel

Pôle Anne Derays

79100 Thouars

tel : 05 49 66 76 40


LE SITE

optimisé pour Mozilla Firefox

résolution 1280x1024


SIÈGE :

Maison des Jardiniers

Levée de la Magdeleine

79100 Thouars


CONTACT :

GIF - 1.2 ko

info@terrabotanica-thouars.fr


ADHÉSION

L’adhésion à l’association donne accès aux ateliers gratuitement.

Les sorties sont à tarif réduit.

Montant de l’adhésion :

de 2001 à 2012 : 11 euros

de 2013 à 2018 : 13 euros

en 2019 : 15 euros


NOS PARTENAIRES

GIF - 3.2 ko

GIF - 8.6 ko

JPEG - 15.3 ko


GIF - 3.2 ko


GIF - 7.3 ko


GIF - 9.7 ko


GIF - 6.1 ko


GIF - 20.2 ko


GIF - 8.6 ko